10 octobre 2012

Du Pôle Sud au Pôle Nord

Vous vous souvenez certainement que j’avais écrit de l’ami de mon père qui fait partie du club des gens qui ont fait le Grand Chelem des marathons. Pour  devenir membre de ce club élite qui compte une soixantaine de personnes parmi sept milliards d’humains,il faut courir un marathon sur chaque continent, y compris le Pôle Nord et le Pôle Sud.

Vlado Starešinić est l’un des ces athlètes. Je l’ai rencontré pendant mon séjour en Croatie en septembre dernier.
Notre première rencontre après une vingtaine d’années s’est déroulée près de l’ancienne piste d’athlétisme (toujours en fonction), un soir, vers 18h45 Smile
IMG_2087
Vlado, en sortant de sa voiture

Cet ingénieur de sylviculture de 64 ans est toujours en excellente forme, mais il voudrait terminer sa carrière de marathonien et se consacrer aux courses un peu moins longues. Mais avant de se retirer des marathons, il voudrait bien faire un autre Grand Chelem – celui des cinq plus grands marathons (Berlin, Boston, Chicago, Londres, New York). Il lui manque celui dans la capitale britanique. Malheureusement, cette année encore, il n’a pas eu la chance au tirage.

Vu qu’il venait tout juste de terminer une réunion avant notre entrainement, Vlado a décidé de faire avec moi une petite course de 5 km. En partant de la piste, nous nous sommes dirigés près de l’ancien hòtel Korana, ensuite près d’un parc et, finalement, sur une de nombreuses promenades de la ville, pour faire un demi-tour après 2.5 km.
Vlado Staresinic pendant la course


Au retour, nous avons rencontré plusieurs autres coureurs, dont un autre marathonien vétéran local, Stevo Cerovac.
IMG_2091
Stevo et Vlado

J’ai profité de la présence de Stevo pour prendre un cliché de Vlado et moi ensemble.

IMG_2092
Vlado et moi, après l’entrainement (pas mal évident)

J’admets que j’ai eu chaud dans mon gilet, mais je le portais pour mettre mon appareil photo et mon cellulaire dans les poches. C’est bien visible sur la photo. Non, ce n’était pas l’effort qui a causé ma grimace, mais plutôt la sueur qui me piquait aux yeux.

La prochaine fois: les médailles en kilos et près de deux cents trophées.

1 commentaire: